top of page

Vague 28

Son œil usé

répand du crépuscule.

​​​

En meutes métalliques,

des voitures aboient.

​​

Les foutraques d'Aktion T4

complotent

leur prochaine fournée.​

Des millions de juifs,

assassinés en quelques mois.

Les déments

préparent leur prochain massacre.

​​

Son coeur bat sans cesse,

Ses reins purifient sans cesse,

Son estomac brasse sans cesse,

Ses mains saisissent sans cesse,

Ses glandes régulent sans cesse,

Ses poumons pulsent sans cesse,

Ses cheveux poussent sans cesse,

Ses cellules se divisent sans cesse,

Ses jambes le déplacent sans cesse,

Ses oreilles captent les sons sans cesse,

Sa peau ajuste la température sans cesse,

Ses deux yeux veillent sans cesse.

la peur de l'imprévu

se renforce aux carrefours.

​​​

Vos larmes chaleureuses

calmeront

ses souffrances.

La rotation terrestre

rythme

la floraison des rhododendrons.

​​​​

Au-delà de deux,

s'installe la multitude.

il se rêve

en rival admirable.

Aujourd’hui,

en plat de souffrance,

l’énigme céleste.

​​

Des pensifs

s’affairent à flanc d’astre.​

​​

M’aigrir.

Mourir signe

un défi inachevé.

La plantation numérique

enchaîne

les esclaves digitaux.

L'homme nomme.

Dans la marmite de l’amour

un bouillon d’émotions

régale les amants.

C’est ainsi,

il y a

autant de cadavres

dans les conflits personnels

que dans les affrontements militaires.

Appeler

le Conseil de défense.

Cacher

le Conseil de détresse.

           

L'arme des  larmes.

bottom of page