top of page
Honorables perversités
00:00 / 06:33

Honorables perversités 

Etre leader revient à être inconscient du jeu dont on est le jouet ou à s'installer dans une lucidité silencieuse au service de ses intérêts bien compris. 

Si la démocratie semble encore le moins mauvais des régimes politiques, il est également le plus favorable aux ébrouements d'une presse autonome. En France, des acquis de la Révolution jusqu'aux multiples réglages parlementaires successifs, une bonne éthique se doit de veiller au grain. La tripatouiller est affaire de  décideurs dangereux. 

A trop laisser faire les extrémistes, le coup de gueule pourrait redevenir le «must» de la communication politique. 

Les groupes minoritaires n'auront jamais accès à la communication de masse. Il leur reste la rue, les pains de plastic, la rancœur ou la réintégration dans la norme. 

Les médias semblent favoriser le rejet d'une communication reposant sur la violence et I'étouffement de la parole. Dans une certaine mesure, cette brutalité a été remplacée par une tension dialectique entre le pouvoir et ceux qui ne l'ont pas. Cela a le don de mettre en rage quelques leaders à l'autorité archaïque. 

Tant que les politiques ou les fonctionnaires seront les grands décideurs de la communication, rien de très bon n'en sortira. Le pire des chemins serait de se tourner vers les comptables et les financiers. 

"Il est bon de posséder la puissance qui repose sur les armes. Il est meilleur et plus durable de gagner l'adhésion du peuple", dixit Goebbels. "La propagande nous a permis de conserver le pouvoir. Elle nous donnera la possibilité de conquérir le monde", dixit Hitler. "La propagande donne directement à l'individu ces stéréotypes qu'il na plus besoin d'élaborer lui même. Elle le fournit en étiquettes et jugements tout faits. Elle transforme l'idée en slogan et par la diffusion du «mot» permet à l'homme d'être convaincu qu'il a une opinion", dixit Mao. "Qu'est-ce que le gouvernement s'il n'a pas l'opinion ?" dixit Napoléon. 

La tenue morale assez approximative des leaders politiques et économiques (pour ne parler que d'eux) dans leurs initiatives de communication, tient avant tout aux contours de leur destin marqué par une fuite en avant. Cette posture forcée est  compensée par des mines de procureurs. 

« Le pouvoir est haïssable. La seule manière est de s'infiltrer pour le combattre de l'intérieur. La communication est un bon cheval de Troie» disait en substance le très intelligent président d'une grande agence de publicité. Ses pupilles brillantes rythmaient les mots suaves sortant de sa bouche. Son chauffeur l'attendait dehors.  

La communication de masse, notamment télématique, pourrait confirmer qu'une société sans hommes n'est pas impossible. 

L'âge adulte de l'humanité sera atteint le jour où la complexité des attitudes chez un même homme, sera reconnue .

Nul besoin de manier la trique pour dominer. Etablir des consensus léonins entre soi et les autres devrait suffire.

Un régiment de journalistes talentueux secondés par une intendance de haute technologie, s'exerce à longueur de journée pour le Journal Télévisé. Comment l'homme commun pourrait-il lutter contre la simplicité impériale de cette armée en campagne? 

Le cloisonnement des responsabilités et l'aveuglement de chaque partie à ne pas voir son implication dans un processus d'ensemble, conduit à laisser l'ignoble se produire. 

Dans le domaine de la communication, comme dans d'autres, lorsque l'immobilisme se met en marche, rien ne l'arrête.

En dépit des apparences, les grandes claques dans le dos ont rarement constitué l'ossature d'une volonté sincère de communication. 

Recette prophylactique pour éviter la plupart des mirages de la communication promotionnelle : collecter les arguments ayant justifié le financement d'une grande action de persuasion et recenser tout l'argent dépensé. Vérifier point par point les effets obtenus par rapport aux objectifs initiaux. S'asseoir avec les conclusions et se pincer violemment pour être sûr de ne pas avoir la berlue. 

La physique nucléaire, la thermodynamique et les sciences biologiques renseignent utilement sur les mécanismes de la communication sociale. 

Le destin d'un leader passe par le souci de servir ou le désir d'enfoncer les autres. 

La propagande cache ses outils. C'est utile pour bénéficier des coulisses de l'événement sans y laisser de trace. 

Consommer beaucoup de biens et de soins corporels nécessite un préalable: celui d'accorder beaucoup d'importance à soi-même. La presse tirant l'essentiel de ses revenus de la publicité en provenance des producteurs / distributeurs des dits biens, on tient là une des explications de l'idéologie moderne en faveur du narcissisme, de l'auto séduction et du tout pour soi. 

Il faut accuser de vulgarité mentale ceux qui s'autorisent à mettre en cause la prétendue inefficacité de leur porte-parole à la suite d'articles défavorables. C'est n'avoir rien compris au jeu médiatique. 

Le cynisme est partie intégrante d'une stratégie de communication. Le drame surgit le jour où cet élément devient exclusif.  

Au rang des techniques de manipulation, on relèvera les méthodes d'influence les plus significatives : 

A- La manipulation consiste à déstructurer volontairement les micro-groupes sociaux de protection / intégration. Ils constituent, en effet, des remparts à faire sauter. Les individus deviennent alors malléables, incertains d'eux-mêmes vis-à-vis des autres, plus enclins à suivre les suggestions ... 

B- La manipulation consiste à suggérer volontairement à l'opinion ce que celle-ci va ensuite réclamer aux gouvernants même si cela ne correspond pas à ses intérêts. Dans le même ordre d'idées, il est efficace de suggérer l'inverse comme adversaire pour le combattre et détourner l'attention de l'opinion sur les vrais difficultés. 

C- La manipulation consiste à entretenir volontairement le conformisme quel qu'il soit. L'important ne réside pas, en effet, dans le bien fondé des préjugés mais dans le fait de les partager. 

D- La manipulation consiste à produire volontairement de l'actualité. Dans cette optique, l'actualité devient, alors, une évidence immédiate suggérant la réalité profonde de la société. 

E- La manipulation consiste à organiser une succession de l'Information dans le temps. Face à une attention de l'opinion qui ne peut être qu'épisodique et peu mémorisante, la constance du flux informationnel qui lui est proposé déjoue sa lucidité.

bottom of page